Projet Eugénie

L'histoire de la triste vie d'une couturière du XXe siècle nommée Eugénie.
Face aux situations difficiles, nous pouvons nous réfugier dans le monde merveilleux de notre imagination.

  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

Marionnettes / Théâtre d'objet  ( à partir de 6 ans, durée 30 minutes)

Une création de Mayumi Inoué et Jean-Marie Lorvellec
Une production Filiko Théâtre

■ Histoire
Une boîte contenant des cheveux et des documents a été laissée dans une maison à Nantes. Selon les documents, ces cheveux appartenaient à Eugénie, une couturière née en 1895. Elle a subi deux guerres au cours de sa vie. La mort, la pauvreté et la maladie de son mari et de ses enfants l'ont aussi frappée. Mais peu importe à quel point elle est désespérée, elle décide de vivre. Ce qui a guéri son coeur est un monde de rêve magnifique où elle retrouve ses souvenirs. Dans n'importe quelle situation difficile, nous pouvons tout oublier et nous immerger dans le monde paisible et beau de notre esprit.

■ Occasion et rencontre
En 2020 à Nantes, Mayumi Inoué, une artiste japonaise qui pratique l'art du tissage a fait la connaissance de Jean-Marie Lorvellec, comédien et metteur en scène. Deux existences se croisent et de fil en aiguille, leur conversation en vient à évoquer une coutière qui a vécu il y a bien longtemps dans la maison où se joue cette scène de rencontre. Elle y a laissé une grosse boite métalique qui contient des vieux papiers, des documents administatifs ainsi qu'une grosse mèche de cheveux.
La boite a été ouverte, alors une femme est apparue et c'est tout le vingtième siècle qui, subitement, a sauté à la figure de Mayumi et de Jean-Marie. Etudier les documents, retracer, déduire, recouper, entre-croiser les indices : 5 ans en 1900, 19 en 14, 44 en 39...Alors monte la compassion, une empathie à distance, dans le temps. Dépoussiérer. Réinsuffler.
Le « projet Eugénie » (titre provisoire) est lancé. Un spectacle de théâtre de marionnettes et d'objet, sur la vie d'Eugénie, une vie d'efforts et de courage.

■ Contexte de l'histoire
Eugénie femme souffrante. Eugénie mère délaissée. Eugénie femme invisible dont on suppose les mains, dont on envisage le regard. Le corps façonné d'efforts patients à côté des morts de sa famille.

Aujourd'hui, nous avons perdu la familiarité avec la mort, l'habitude de la mort, de parler de la mort. Il y a un reflexe de peur, de superstition : comme si parler de la mort, c'était risquer de la provoquer. De même les enfants sont souvent préservés de la confrontation avec la mort. Et quand il la croise elle peut alors provoquer des angoisses incontrôlées.
Mayumi et Jean-Marie se sont librement inspirés de la légende bretonne qui dit que l'âme des personnes à leur mort passe dans leurs objets et y restent captives indéfiniment. Mais si quelqu'un sait les reconnaître dans cette nouvelle forme en s'en imprégnant, alors il peut les délivrer et elles pourront revivre.

 

 

 

 

■ Les œuvres de Mayumi
Mayumi s’intéresse à la mémoire et au temps qui traverse l'objet et essaie de prouver son existence.
Mayumi exprima le désir de créer des œuvres avec les documents et les cheveux de Eugénie. Pour elle, ce travail prendrait encore plus de sens si elle l'effectuait dans la maison même où Eugénie
avait vécu. Mayumi y a créé trois pièces de tissage, dans lesquelles les documents administratifs, une photo d'enfant, des écritures et les cheveux s'entrecroisent.

Profil

■ Mayumi Inoué
Mayumi Inoué est une artiste japonaise qui pratique l'art du tissage.
Elle vit et travaille actuellement en France, sous l'égide du Ministère de la Culture du Japon. 
Les matériaux qu'elle utilise - cheveux, partitions musicales, livres, documents ‒ sont chargés d'histoires. Méticuleusement, elle les entremelle pour leur redonner vie, et ainsi, elle invente de nouveaux récits inspirés du passé. Avec une infinie patience, elle interroge les mémoires, entrecroise les correspondances. Depuis 2018, elle tisse des cheveux donnés par des personnes ayant subi des traitements anticancéreux. La délicatesse et l'attention qu'elle met en œuvre dans la pratique de son art est une allégorie de la volonté de vivre. Mayumi Inoué perpétue l'étoffe des destins.

■ Jean-Marie Lorvellec
Comédien, metteur en scène, auteur et formateur, Jean-Marie Lorvellec a été élève du Studio Théâtre du CRDC de Nantes dans les années 1990.
Depuis 1997, il participe au festival « la Folle Journée » et collabore régulièrement avec René Martin, le créateur de ce festival international, pour des lectures, enregistrements ou spectacles. Jean-Marie enseigne le théâtre dans différents lycées, conçoit et réalise des stages de pratique.
Il organise des évènements artistiques dans des friches industrielles, dans des jardins.
En parallèle de son parcours de comédien avec différentes compagnies, il mène ses propres projets théâtraux au sein de sa compagnie Filiko Théâtre.

■ Contact
Mayumi Inoué / e-mail: umirun_run@yahoo.co.jp

Jean-Marie Lorvellec / Filiko Théâtre / e-mail: filikotheatre@gmail.com